MES OBJECTIFS 2020 V - BILAN DE SAISON

Publié le 31 Décembre 2020

MES OBJECTIFS 2020 V - BILAN DE SAISON

2020... Année tellement spéciale.

Sportivement évidemment, mais surtout plus profondément. 2020 va tellement distiller, influencer notre mode de vie, notre façon de pensée. Au moins à titre personnel.

Car pour notre société, les mentalités, voire l'état du monde, il est parfois très difficile d'être vraiment optimiste.

N'est-ce même pas paradoxal d'entretenir ce petit espace sportif personnel devant la marche de notre monde?...

Je ne sais pas, mais cela reste mon espace, ma fenêtre de liberté, ma respiration.

Cela reste une source de motivation en moi, un équilibre, ma respiration.

2020...

Quelle année... de n'importe quoi

Janvier, je me suis éclaté les côtes l'avant dernier jour de 2019, je ne fais quasi rien pendant presque 1 mois, abandon progressivement de tout objectif hivernal

Février, à bloc! J'en fais 20 000.

Mars, bricolage 1 semaine dans la SdB de l'appart, et quand je reprends... ben tout s'arrête, on rentre chez nous. Début du confinement. Bobos à répétitions à vouloir trop en faire en mode HT, TC et fractionnés.

Avril confiné... Mois à 0... 0 m de D+... Impensable quand même!!!
Mais des heures passés dans le garage...

Mai, le 11, libéré, le premier Veyrier. Réapprendre à être sur les sentiers. 19 000 m de D+ en une vingtaine de jours. Une MaxiOff. Une tendinite du releveur.

Juin. Je me refais. J'en profite en liberté. Tournette 4 faces! Un pur moment.

Juillet. Profiter de chaque opportunité. Tirage de bourre dans le Veyrier avec les potes, puis partir faire le Tour du Mont Blanc solo en 3 jours. Finir les releveurs cramés! Mais 10 jours plus tard partir de nouveau 3 jours pour la Haute Route de Belledonne de Jean et avec Julien. Sublime. Rajouter une couche au Semnoz en vélo pour atteindre pour la première fois un 30 000 mensuel.

Août. Pleurer 1 jour après ce Semnoz quand une douleur sourde se réveille au talon gauche. Faire 3 sorties vélo dans le  mois alors que ton objectif ultime se profile. Se lancer dans une course au préparatif tout en gambergeant sans arrêt. Départ ou Did No Start.

Septembre. Swiss Peak. Le dossard de l'année. Ce qui devait être un accomplissement, est une dérive, un naufrage amorcé depuis le début du mois d'Août. Mais la barre a été tenu assez longtemps pour vivre l'expérience. Je m'accroche à ça. A la présence de Céline. A quelques images, à ce voyage intérieur une nouvelle fois si intense même si chargé de déception finale. Reprendre les baskets à l'envie pour parcourir quelques sommets annéciens avant l'hiver.

Octobre. Ne pas être serein pour le talon, continuer à l'envie... et retourner s'enfermer à la fin du mois et retrouver mon garage.

Novembre. Adouber le Home Trainer comme souverain.
Économiser au max le talon. Espérer amorcer une véritable guérison!
Nouveau mois à 0 m de D+

Décembre
Rechausser les skis entre un assouplissement du confinement (20 km, 3 heures), et la mise en place du ouvre-feu. En profiter, mais avec des conditions bien aléatoires.
Finir l'année avec Jean sur les pistes à La Clusaz en toute complicité.
Un an pile après mettre "fracasser" les côtes.

Malgré tout ça, l'année a permis de vivre, de ressentir de belles choses.

Elle restera même positive en chiffre et cela même avec ces 2 mois totalement blanc en sorties réelles.

Je me rends compte de nouveau du plaisir que j'ai à pratiquer, des sensations, du ressenti qui m'accompagne sur des sorties au long cours. De cette dimension quasi spirituelle, de cette réflexion profonde , personnelle, de cet état second, méditatif que je crée comme une bulle en pratiquant.

Et aussi du plaisir, de la joie profonde de pratiquer avec mes amis, de partager ces moments intenses.

Le trail... et encore ce mot ne définit pas ce que je vis, ressens dans ma pratique. La course en montagne serait parfait si ce terme n'était déjà pas accaparé par un type d'épreuve.

Cette déambulation en montagne devient, est, reste la pierre angulaire de ce que j'aime en montagne. Plus que jamais.
Je me sens moi, complet dans cette pratique.

Les aventures au long cours procurent tellement ces sensations, ces ressentis.

Le Tour du Mont Blanc en solo de nouveau cette année, est un moment très fort, personnel, profond.

La HRB était un vrai bonheur partagé, l'accomplissement d'une volonté immense de partager un tel projet avec Jean. De renouer une aventure au long cours avec Julien.
L'entente et l'accord dans l'effort avec Jean me pousse tellement à espérer d'autres aventures!

La SP a été un truc incroyable. Globalement pas satisfaisant. Mais quelle histoire. Quelle démarche mentale depuis cette pointe ressenti dans le talon au début du mois d'Août...
Et pourtant les étoiles sont de nouveau dans mes yeux en pensant à la SP2021...

 

Tout cela ne me reste possible que grâce à l'équilibre de ma vie, à la présence de Céline, notre amour, aux sentiments immenses, violents presque par leur puissance, envers Lola.

Rédigé par Philippe PL

Publié dans #LES OBJECTIFS 2020

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Stop Pub Overblog 02/01/2021 14:43

Top, merci pour tout, au plaisir de vous voir.